HISTOIRE DE CLÉOPÂTRE

L’héritage ptolémaïque : 51 AV. J.-C.

Le roi d’Égypte, Ptolémée XII, meurt en 51 avant Jésus-Christ. Il laisse le royaume à son jeune fils, Ptolémée XIII. Mais il décrète que le garçon devra régner conjointement avec sa sœur aînée, Cléopâtre. Il doit également l’épouser, selon la tradition de l’inceste royal qui est devenue une caractéristique de la dynastie ptolémaïque.

À dix-huit ans, Cléopâtre se révèle rapidement l’une des figures les plus ambitieuses et les plus flamboyantes de cette période de l’histoire méditerranéenne. Mais son implication personnelle étroite dans la politique romaine finira par faire perdre à l’Égypte son indépendance.

César et Cléopâtre : 48-44 av.

L’arrivée à Alexandrie de Jules César donne à Cléopâtre sa première chance de jouer un rôle plus important dans le monde. Elle la saisit, devenant la maîtresse de l’homme qui est désormais sans conteste – après sa défaite contre Pompée – le Romain le plus puissant. César passe l’hiver 48-7 avant J.-C. en Égypte, aidant la jeune reine à réprimer les forces de son frère encore plus jeune (qui ne survit pas à ces événements).

Peu après le départ de César d’Alexandrie, Cléopâtre donne naissance à un fils (au cours de l’été 47), qu’elle prétend – presque certainement à juste titre – être le fils de César. En 46, César invite Cléopâtre à Rome avec son fils (connu par la suite sous le surnom de Césarion, « petit César ») et leur fournit une villa. Après l’assassinat de César, en 44, elle retourne en Égypte avec l’enfant.

Antoine et Cléopâtre : 41-31 avant J.-C.

L’Égypte de Cléopâtre est encore techniquement un royaume indépendant. Mais toutes les régions de la Méditerranée sont désormais impliquées dans la politique romaine et une rumeur circule à Rome selon laquelle Cléopâtre aurait aidé Cassius, l’un des assassins de César.

Au printemps 41, Marc-Antoine, commandant l’armée romaine en Orient, convoque Cléopâtre pour qu’elle s’explique dans son quartier général en Anatolie. Elle traverse la Méditerranée pour le voir, mais pas dans un esprit d’excuse.

Le camp d’Antoine est à Tarse, à quelques kilomètres en amont du fleuve Cydnus. La reine arrive dans une barge d’or, habillée comme Aphrodite. Elle est irrésistible, et la déesse de l’amour est bientôt dans le lit du grand général.

Il accepte une invitation à lui rendre visite en Égypte et arrive à Alexandrie à temps pour passer un hiver de plaisir. Après son départ, Cléopâtre donne naissance à des jumeaux, un garçon et une fille.
Ce n’est qu’en 37 avant J.-C. que Cléopâtre et les enfants sont réunis avec Antoine. Il convoque Cléopâtre à Antioche, en Syrie, où il l’épouse.

Ils sont désormais ouvertement ensemble, et font ouvertement équipe contre Octave, le rival d’Antoine pour le pouvoir à Rome.
En tant que général romain, disposant d’une puissante armée dans les provinces orientales, Antoine est en mesure d’offrir à sa nouvelle épouse un cadeau de mariage spectaculaire : une grande partie du Moyen-Orient.

Dans la tradition de nombreuses monarchies orientales, Cléopâtre et Antoine commencent à se présenter comme divins. Pour les Grecs, ils apparaissent comme Dionysos et Aphrodite ; pour les Égyptiens, comme Osiris et Isis.

Les Dons d’Alexandrie : 34 AV. J.-C.

Une grande foule se rassemble dans un stade d’Alexandrie. Tous les regards sont tournés vers deux niveaux de trônes. Au niveau supérieur sont assis Antoine et sa femme Cléopâtre, vêtus comme la déesse égyptienne Isis. Sur quatre trônes inférieurs se trouvent leurs trois enfants ainsi que le fils aîné de Cléopâtre, Césarion, l’enfant de Jules César.

Au cours de la cérémonie qui suit, connue plus tard sous le nom de Donations d’Alexandrie, Antoine distribue les royaumes de la Méditerranée orientale à sa nouvelle famille.

Antoine déclare Cléopâtre reine des rois et Césarion roi des rois, régnant conjointement sur l’Égypte et Chypre et se rendant conjointement maîtres des royaumes des autres enfants. À Alexandre, son propre fils aîné, âgé de six ans, il donne les territoires à l’est de l’Euphrate ; à la sœur jumelle d’Alexandre, Cléopâtre, il donne la Libye et la Tunisie ; et à son fils cadet, Ptolémée Philadelphe, âgé de deux ans et apparaissant en costume macédonien, il donne la Syrie et une grande partie de l’Anatolie.

C’est une occasion magnifique, mais qui devra être expliquée sur le champ de bataille.

Actium et après : 31-30 BC

La bataille entre les forces d’Octavien et celles d’Antoine et Cléopâtre a lieu à Actium, en Grèce, le 2 septembre 31. Les deux camps disposent d’un grand nombre de fantassins et de cavaliers, mais l’engagement décisif se déroule entre leurs flottes de navires de guerre romains.

Antoine et Cléopâtre ont l’avantage, avec environ 500 navires contre 400 pour Octave. Il s’agit de lourdes embarcations en bois, propulsées par des rames et dont les équipages comptent jusqu’à 250 hommes.

Antoine place ses navires en ligne, avec Cléopâtre et son escadron à l’arrière. Une grande partie du trésor de l’Égypte, indispensable pour payer la flotte et l’armée, se trouve à bord avec elle. Le cours exact de la bataille n’est pas connu, mais il va à l’encontre du couple oriental. À un moment donné, Antoine fait signe à Cléopâtre, sur son propre navire, de se détacher et de s’échapper avec lui.

Antoine et Cléopâtre parviennent à regagner Alexandrie, sur le navire amiral de Cléopâtre. Mais tous deux se suicident l’année suivante, lorsqu’Octave arrive en Égypte avec son armée.

L’aspic sacré : 30 av.

Cléopâtre choisit de se donner la mort d’une manière qui revêt une grande importance pour ses sujets. Elle a toujours pris son rôle d’Égyptienne au sérieux et est la seule souveraine de sa dynastie depuis trois siècles à avoir appris la langue égyptienne.

Elle est déjà prisonnière d’Octave, limitée par ses gardes à une partie de son propre palais. Elle s’arrange pour qu’un petit serpent venimeux, un aspic, soit introduit clandestinement dans ses quartiers dans un panier de figues.

Cléopâtre revêt ses habits royaux, s’allonge sur une couche d’or et applique l’aspic sur sa poitrine. Sacré à Amon-Rê, le dieu égyptien du soleil, le serpent protège la maison royale et déifie toute personne qu’il frappe.

Le dernier moment de la reine est aussi dramatique, et aussi mémorable, que tout autre moment de sa vie. Mais il met fin à la dynastie ptolémaïque en Égypte.

Octave tue Caearion (qui fut brièvement le dernier pharaon nominal d’Égypte sous le nom de Ptolémée XV), ramène les trois enfants de Marc-Antoine à Rome pour les exposer lors de son triomphe, annexe l’Égypte en tant que province romaine et emporte les vastes trésors de sa dynastie royale.

Lorsque ce riche magot arrive à Rome, le taux d’intérêt standard tombe de 12 à 4 %.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.