4 étranges techniques de chasse historiques toujours en pratique

L’histoire a donné lieu à toutes sortes de coutumes étranges. Cependant, en matière de chasse, il est difficile de trouver une catégorie aussi bizarre. Les techniques de chasse populaires se sont succédé et, au fil des ans, les civilisations se sont tournées vers un certain nombre de pratiques étranges. Ces activités peuvent sembler étranges aujourd’hui, mais il fut un temps où elles faisaient fureur. Qu’il s’agisse de nourriture ou de parasites, elles étaient efficaces et, à l’époque, ces techniques étaient au sommet de leur art.

1-chatouiller les truites

Obtenir un dîner gratuit n’est pas une partie de plaisir. L’ancienne technique de pêche consistant à chatouiller les truites est aussi sérieuse que possible et requiert beaucoup de discrétion et de patience. Ne nécessitant aucun équipement, la technique demande que vous attendiez près d’un trou à truites en aval. Ensuite, allongez-vous sur le ventre sur le dos, plongez votre main dans l’eau et cherchez une truite. Lorsque vous sentez la truite venir vers vous, chatouillez son ventre de la tête aux pieds pour l’endormir. Une fois que vous avez atteint la main, tirez le poisson hors de l’eau et gardez votre prise. Utilisée par les pauvres en Europe, cette activité était autrefois connue de tous et ceux qui perfectionnaient leur jeu pouvaient manger comme des rois, où qu’ils soient.

2-Chasse à l’aigle royal

Pour la minorité ethnique de Mongolie, les Burkitshi, l’aigle royal est un élément important de leur technique de chasse. À dos de cheval, les chasseurs recherchent leurs proies avec les oiseaux perchés sur leurs bras, prêts à bondir à tout moment. Le chasseur et son oiseau sont profondément liés, car ils ont passé la majeure partie de leur vie ensemble. Pour que ce lien soit solide, l’aigle doit être capturé vers l’âge de 4 ans, domestiqué et nourri à la main. Les oiseaux peuvent vivre jusqu’à 30 ans, mais les chasseurs les relâchent dans la nature au bout de 10 ans, leur permettant ainsi de régner librement sur le territoire.

3-La persistance de la chasse

Grâce au développement du corps humain sur des centaines de milliers d’années, nous disposons de l’une des résistances les plus impressionnantes du règne animal. Il est donc logique que la furtivité humaine soit utilisée dans le cadre de la chasse depuis des milliers d’années. Dans certaines régions du monde, les techniques de chasse ont à peine changé, s’inspirant de modèles mis en place il y a des générations. La chasse à la persistance est toujours pratiquée par les Bushmen du Kalahari, au Botswana, qui l’ont utilisée tout au long de l’histoire. Cette activité place les hommes au cœur de l’action puisqu’ils traquent et tuent leurs propres proies à la main.

4-Bâtons de chaux et de gomme

Lorsque vous ne pouvez pas attraper quelque chose à mains nues, que faites-vous ? Heureusement, il existe tout un monde de matériaux collants qui ne demandent qu’à être utilisés. Pour les braconniers de l’ancienne Chypre, les oiseaux chanteurs étaient la cible privilégiée. Les chasseurs rassemblaient des bâtons de tilleul et les recouvraient de gommes collantes provenant de prunes de Syrie. Placés dans la partie inférieure des genévriers, les bâtons constituaient des points d’atterrissage parfaits pour les oiseaux, qui étaient ensuite emprisonnés par le matériau. Cette technique s’est avérée si efficace qu’elle est encore utilisée aujourd’hui, provoquant un déclin massif de la population des oiseaux chanteurs.